• ​Marc BEAULIER

Un OVNI dans le conseil au secteur public : INOPS gagnant du lot 2 des marchés de la DITP avec PIM


1. Un modèle alternatif et disruptif : Le 1er réseau de PME expertes en France dans le domaine du conseil

L’idée de départ est qu’aucune société de conseil et de services, aussi grande soit-elle, n’a les moyens d’avoir les meilleurs experts du fait du champ des compétences qui se développent à une vitesse exponentielle et qui mutent en permanence.

Pour accompagner les clients sur les sujets à expertise avec les meilleurs acteurs, il faut donc aller les chercher là où ils sont : dans les PME ou les startups. Aujourd’hui encore plus qu’hier, la capacité d’innovation est du côté des PME et des startups : elles sont un levier indispensable pour faire bouger le monde. La meilleure preuve ? Les grands groupes comme les grandes ESN (entreprises de service numérique) préfèrent croître en rachetant des jeunes entreprises à fort potentiel plutôt qu’en investissant fortement en R&D.

C’est pourquoi, face au modèle vertical et intégré des grandes sociétés de conseil et de services, INOP’S a inventé en 2009 un nouveau modèle horizontal, basé sur « un réseau INOP’S » qui a vocation à regrouper les meilleures startups et PME expertes dans le conseil et la transformation digitale.

Ce réseau grandit chaque année, afin d’être en mesure de proposer dans la durée des compétences et des offres novatrices. Le réseau INOP’S compte en 2017 plus de 180 PME expertes, représentant 12 500 collaborateurs hyper-spécialisés pour un chiffre d’affaire en 2017 qui devrait avoisiner les 50M€ (dont la moitié sur le secteur public).

2. Ce modèle permet de vous proposer une équipe sur-mesure et partageant le même ADN

Dans le contexte de l’accord cadre de la DITP (ex SGMAP), INOPS a fait le choix de proposer une équipe socle de quatre partenaires, composant ainsi notre noyau dur et mobilisant près de 120 consultants à même de couvrir la totalité de la chaîne de valeur des projets de transformation, depuis leur conception jusqu’à leur mise en œuvre. INOP’S collaborera avec ses partenaires dans le cadre d’une sous-traitance. Les principes cimentant cette collaboration ayant été coconstruits au préalable avec nos partenaires.

Chaque cabinet de conseil apporte sa valeur ajoutée et son expertise particulière de manière complémentaire constituant ainsi un socle intégré solide :

  • Capacité à décliner la vision stratégique et politique en un programme d'action opérationnel, à repenser l'offre de service public et à transformer l'organisation et les modes de fonctionnement ; c'est le cœur de métier de PUBLIC IMPACT MANAGEMENT et de MENSIA Conseil.

  • Capacité à accompagner les transformations RH, l'évolution des pratiques managériales et l'évolution des métiers et à accompagner le changement ; c'est le cœur de métier de CONVICTIONS RH.

  • Capacité à intégrer de manière native les potentialités du numérique dans la transformation de l'offre de service et des modes de fonctionnement ; c'est le cœur de métier d'INFHOTEP.

  • Intervenant tant dans le secteur public auprès de grands donneurs d'ordre (ministères, établissements publics, collectivités) que dans le secteur privé, tous ont une solide expérience dans l'accompagnement à la prise de décision stratégique mais aussi dans l'accompagnement de la mise en œuvre et l'alignement des acteurs.

Cette équipe de PME françaises s’est naturellement réunie car partageant un ADN commun dont les grands principes sont les suivants :

  • Des expertises fortes, légitimes et portées structurellement par des associés engagés opérationnellement dans toutes les missions

  • Des approches sur-mesure pour chaque sujet traité

  • La volonté de préserver une taille « humaine » permettant de garantir écoute, flexibilité, réactivité, agilité et sens de l’engagement client exacerbé.

3. PIM est au cœur du dispositif mis en place par INOPS et apporte sa valeur ajoutée à la réforme de l’Etat

Avec les autres partenaires d’INOPS, PIM interviendra donc en expertise sur les marchés de transformation des ministères et des opérateurs de l’Etat à partir de septembre 2018 et pour une durée prévisionnelle d’au moins 4 ans.